Mathieu Ginestet

La formation en droit public sera un sésame pour les portes que vous pousserez, mais à vous de parfaire l’approche !

Attiré par le droit constitutionnel (classique !), la formation en droit public m’a fait toucher beaucoup de matières denses et passionnantes quand on est curieux de la « chose publique ». Il y a eu des matières plus abstraites et difficiles que d’autres, c’est sûr, mais c’est le prix de la diversité et parfois l’enthousiasme des profs compensait.

J’ai surtout le souvenir d’avoir pu, à partir du Master 1 et après avoir creusé beaucoup de domaines, exploiter une certaine liberté dans le choix de mes sujets de recherche et commencer à préparer l’après. C’est littéralement mon investissement dans un cours de TD (concernant la vie privée), mon attrait pour un cours particulier en master sur un nouveau type de droit (l’intriguant « droit souple ») ainsi que la possibilité de choisir mon sujet de mémoire (la protection des données personnelles) qui m’ont définitivement orienté et préparé pour le poste que j’occupe actuellement.

Un conseil cependant, il ne s’agit que de mon expérience personnelle mais je suis convaincu que certaines de mes initiatives « hors-les-murs » m’ont été décisives pour me démarquer. À chacun(e) de trouver ce qui attirera l’attention de l’employeur visé. Pour ma part, suivre le D.U. Cybercriminalité de l’université, tenir quelques mois un site internet de veille « droit des nouvelles technologies » (WordPress, rien de bien technique !) et avoir une première expérience professionnelle dans le domaine m’a beaucoup aidé pour intégrer la CNIL.

 Acquérir une première expérience n’est pas toujours évident, mais c’est à vous de jouer : ciblez les jobs juridiques (mêmes modestes, ça peut ouvrir d’autres portes), contactez des pros et parlez-en à vos profs. Ces derniers ont des contacts et ils pourraient être intéressés par des étudiant(e)s motivé(e)s, c’est du vécu 

Mathieu Ginestet