Maïlis Vialette

Indécise quant au choix d’une profession bien spécifique, mon cœur balançant entre droit notarial et de la santé, je décide, en troisième année, de choisir ma spécialité en fonction de mon attirance pour le droit public. 

Appréhendant cette branche du droit de manière théorique mais également pratique, via le Magistère de Droit Public Appliqué, il me semble par la suite évident de m’orienter vers un Master 1 Droit Public des Affaires. Droit de l’urbanisme et de l’immobilier prennent alors une importance particulière dans mon épanouissement et me permettent de réaliser l’absence d’herméticité entre droit public et privé.

Finalement admise dans le Master 2 Droit Immobilier, Construction, Urbanisme, cette année me permet d’atteindre cette approche pluridisciplinaire si importante à mon sens. 

Assistante développement foncier pendant plus d’une année pour un promoteur immobilier, mon attrait pour le droit notarial ne cesse de croître.

Je m’épanouis ainsi depuis février dans une étude notariale et candidate en juin prochain à l’Institut National des Formations Notariales afin de pouvoir, je l’espère, prétendre au titre de notaire d’ici trois années.

Il me semble ainsi important aujourd’hui que le droit public puisse occuper la place qu’il mérite et que notre imaginaire collectif cesse de l’occulter si promptement.  

Loin de ne laisser que la perspective de participer aux concours de la fonction publique, cette branche du droit offre au contraire un panel riche d’opportunités.

Maïlis Vialette